LADYBOSS – Sonia Rolland

Par Beautylicieuse | le 22 octobre 2019

sonia rolland

Il y a quelques mois, j’ai eu l’occasion de passer un joli moment avec Sonia Rolland, quelques heures avant son départ en Martinique pour le tournage de sa nouvelle série. Un moment sincère et touchant, où nous avons pu échanger en toute transparence sur sa vie d’après Miss France, ses différents engagements, ses ambitions en tant que nouvelle ambassadrice Guerlain et son quotidien de maman célibataire.

Née à Kigali au Rwanda d’un père français et d’une mère rwandaise, Sonia Rolland et sa famille sont obligés de fuir le Rwanda à cause de la tragédie du génocide des Tutsi. Ils déménageront au Burundi pour échapper au conflit – les plus belles et insouciantes années de sa vie selon ses propres dires – qui finira par les rattraper. En 1994, nouveau déménagement « choc » avec son frère et sa mère (son père reste sur place quelques mois) pour la France et ils atterissent en Bourgogne.

Choc dans tous les sens du terme : culturel, émotionnel et social. Cette famille aisée passe d’une villa à un appartement en HLM. Sa maman, qui était dans l’import-export n’arrive pas à trouver de travail car elle est noire et son père qui les rejoints plus tard passe du statut de chef d’entreprise à ouvrier tourneur-fraiseur. Plutôt que de se victimiser, ce contexte social modeste lui permet de se surpasser. Rencontre avec une LADYBOSS aussi belle de l’intérieur que de l’extérieur…pour une belle leçon de vie !

 

HELLO SONIA, VOUS ÊTES LA PREMIÈRE MISS FRANCE D’ORIGINE AFRICAINE. QUELLES SONT LES OBSTACLES QUE VOUS AVEZ RENCONTRÉ DURANT CETTE ANNÉE QUI A TOUT CHANGÉ POUR VOUS ?

Alors que j’étais sur un terrain de basket, un homme s’est présenté et m’a demandé si je voulais être mannequin. J’ai d’abord cru à une blague puis j’ai tenté l’aventure sans jamais penser que j’aurai une chance. Ma mère était totalement contre au départ. J’avais 18 ans et tout s’est passé tellement vite. Quelques mois plus tard, j’étais la première Miss France d’origine africaine et la plus jeune, jamais élue.

J’arrivais d’un milieu modeste, garçon manqué, métisse franco-africaine. Je ne cochais aucune case et ce qui aurait du être une faiblesse est devenue ma force. J’ai toujours rêvé de devenir comédienne et Miss France aura été mon premier grand rôle. Ce fut une année extraordinaire avec ses hauts et ses bas. J’ai bénéficié d’une vague black-blanc-beur avec la Coupe du Monde et le Championnat d’Europe, une génération hyper positive. Mais d’un autre côté, je recevais au quotidien des lettres racistes mais cela m’a forgée. Je n’en ai jamais vraiment tenu compte car cela ne représentait absolument pas la masse qui m’avait élue. J’ai préféré me concentrer sur le positif

 

AUJOURD’HUI VOUS ÊTES ACTRICE, PRODUCTRICE, RÉALISATRICE, AUTEURE ET TRÈS ENGAGÉE DANS DIFFERENTES CAUSES. COMMENT S’EST PASSÉ LA RECONVERSION ? COMMENT PASSE T-ON DE MISS FRANCE À TOUT ÇA ?

Miss France a été ma plus grande école pour me connaître et connaître la France. Cette année m’a beaucoup apporté, beaucoup appris, j’ai aussi beaucoup observé et je n’en garde que le positif. La reconversion s’est passée très naturellement, j’avais des objectifs et je me suis donnée les moyens d’y arriver.

Je voulais me servir de ma notoriété pour aider les autres et en faire plus pour l’environnement. En 2001, j’ai eu envie d’encore plus et j’ai créé Maïsha Africa. Cette association a pour but la reconstruction sociale, matérielle et psychologique des enfants africains, notamment au Rwanda…mais aussi le financement d’écoles, des maternités..

 

Je suis différente donc je vais être forte

 

DEPUIS PEU, VOUS ÊTES LA NOUVELLE AMBASSADRICE MAQUILLAGE ET PARFUMS DE LA MAISON GUERLAIN. COMMENT CETTE COLLABORATION S’EST FAITE ? POURQUOI GUERLAIN ? QUEL SERA VOTRE RÔLE EN TANT QU’AMBASSADRICE ?

Tout s’est fait très vite, la Princesse Esther Kamatari (Ambassadrice Guerlain 2015-2018) a soufflé mon nom et les choses se sont enchaînées. J’ai rencontré le Président de la Maison – Laurent Boillot – et nous nous sommes rendus compte que nous partagions plusieurs valeurs communes notamment sur le développement durable . En tant que consommatrice des produits de la Maison, depuis toujours, c’est un honneur !

Cette nouvelle casquette est aussi l’occasion de poursuivre main dans la main, nos différents engagements et agir pour une plus grande visibilité de toutes les beautés. J’ai vraiment hâte de commencer cette nouvelle aventure, avec une Maison si emblématique.

  sonia rolland ambassadrice guerlain  

LORS DE L’ANNONCE DE VOTRE NOMINATION COMME AMBASSADRICE GUERLAIN, VOUS AVEZ RECU DE NOMBREUSES CRITIQUES. COMMENT AVEZ-VOUS REAGI FACE À CELA ?

Je m’y attendais, un peu ! J’entends la colère des gens mais je ne comprends pas l’entêtement. La Maison Guerlain n’a strictement rien à voir avec les propos de Jean Paul Guerlain. Malheureusement, parfois les gens n’ont pas envie de comprendre !

 

BUSINESS WOMAN ACCOMPLIE ET MAMAN DE DEUX FILLES, COMMENT RÉUSSISSEZ-VOUS À CONCILIER VIE PRO ET VIE PRIVÉE ?

C’est très compliqué et ce n’est pas facile de jongler avec toutes ces casquettes, mais il faut ! Je ne me sens pas être parfaite mais je fais de mon mieux. J’essaye d’être la plus attentive possible, je discute beaucoup avec elles. On dialogue beaucoup, c’est primordial pour moi ! Je veux que mes filles soient empathiques et qu’elles soient attentives aux autres. Etre une maman célibataire, allier éducation des enfants et carrière n’est pas facile…mais c’est loin d’être impossible.

 

QUELS CONSEILS DONNERIEZ-VOUS AUX FEMMES QUI VEULENT BOOSTER LEUR CARRIÈRE ET S’IMPOSER ?

Savoir se remettre en question, c’est la base ! Sortir de sa zone de confort, arrêter de se victimiser. Il faut se dépasser, être exigeante avec soi-même et ne pas perdre de temps avec la médiocrité. Trouvez des mentors, inspirez-vous en !

 

ÇA TOMBE BIEN…QUI SONT VOS MENTORS ?

Mes parents qui ont su faire preuve de combativité à toute épreuve. Ma mère est arrivée en France avec un bagage intellectuel mais s’est vue refuser plusieurs boulots, car elle était noire. Au lieu de se victimiser, elle a tout transformé à son avantage. Quant à mon père, il m’a appris que la liberté avait un prix et l’indépendance financière permet cette liberté. Il faut travailler et s’accrocher à ses rêves !

 

sonia rolland guerlain  

Cette interview de Sonia Rolland vous a plu ? Inspiré ? Quelque chose à ajouter ?

  Crédits photos : Guerlain

Carrière-Entrepreneuriat, Développement Personnel, exclusif, Interviews Exclusives, Ladyboss, Leadership Féminin-Success Stories