Interview de Louise Dugas, Rédactrice en chef de ELLE QUÉBEC

©ELLE QUÉBEC/MAXYME G. DELISLE

On est vendredi, il fait beau et c’est la fin de semaine…que du bonheur !! Mais, histoire de rendre tout ça encore plus merveilleux et parfait…préparez-vous un verre de thé, installez vous confortablement et lisez cette super interview de Louise Dugas, Rédactrice chef Culture, Reportages, Style de vie…du magazine ELLE QUEBEC, que j’ai découvert il y a quelques semaines et que j’adore car différent et surtout très complet (lire mon article dessus).

Dans cette interview, Louise aka Wonder Woman nous parle de son parcours professionnel, ses journées marathon en tant que rédac en chef et enfin elle nous dévoile ses astuces beauté. Je vous avez dit que ce serait chouette 😉 Bonne lecture et j’en profite pour vous souhaiter un excellent week end ensoleillé !

* Louise, pouvez-vous nous en dire plus sur votre parcours professionnel ?
J’ai commencé à exercer le métier de journaliste dans un quotidien, puis je suis passée très vite au magazine qui correspond davantage à mon tempérament. Je suis une marathonienne, pas une sprinteuse. Ce que j’aime du magazine, c’est qu’il permet d’aller en profondeur, de creuser un sujet.

Honnêtement, je n’ai jamais eu de plan de carrière. Je suis arrivée à ELLE QUÉBEC comme responsable de la section culturelle il y a près de 15 ans, après avoir été quelque temps chroniqueuse en musique dans un autre média écrit. J’ai tranquillement grimpé les échelons, et il est arrivé un moment où je me suis demandée si je voulais avoir un chef au-dessus de moi ou si j’étais capable d’accomplir les tâches liées au poste. 
J’ai pris une chance, j’ai sauté dans l’arène, en me disant que si ça ne me convenait pas, je pouvais toujours retourner en arrière. Je ne regrette pas d’avoir persévéré, même si le travail est de plus en plus difficile et exigeant, à cause de l’arrivée du numérique et de la place qu’occupent les réseaux sociaux. 
* Et donc, quelle est la journée type d’une rédactrice en chef ?
Vous seriez étonnée de voir à quelle point elle ne ressemble en rien à une journée type de la rédactrice en chef du film Le diable s’habille en Prada
Je passe mes journées à lire des textes et des maquettes, à songer à des concepts, à négocier des exclusivités et des pages couvertures, à participer à des réunions avec la direction des communications et la créativité média, à répondre à des courriels de nos journalistes ou des relationnistes de presse, à bloguer et à Facebooker, et à encourager les membres de mon équipe, comme le ferait un coach d’une équipe de foot. Nous sommes une très petite équipe, par rapport à d’autres magazines, et nous faisons tout.
Bien sûr, il m’arrive de participer à des événements plus glamour, mais ce n’est pas la partie la plus importante de mon travail. Ah oui, je teste aussi des petits pots, car nous testons les produits dont nous parlons dans le magazine. Et comme il y a une limite au nombre de crèmes et de mascaras qu’on peut se mettre le matin et le soir, il faut bien venir en aide à notre rédactrice en chef Beauté.

* Selon vous, qu’est ce qui différencie ELLE QUÉBEC des autres magazines ?

Je comparerai d’abord ELLE QUÉBEC avec son cousin français, ELLE France, ce sera plus facile pour vous. La grosse différence, c’est que nous sommes un mensuel et ELLE France, un hebdomadaire. Donc il contient plus de nouvelles, d’actualités que nous. Plus d’articles en politique, plus de nouvelles internationales. C’est plus facile de rendre compte de l’actualité chaque semaine qu’une fois par mois. 
Nos sujets sont donc davantage intemporels, sauf en culture bien sûr, où nous écrivons à la dernière minute. Ceci dit, nous avons quand même couvert les manifestations étudiantes au Québec, en 2012, ainsi que les femmes qui se sont distinguées durant le Printemps arabe, en 2011. Nous avons simplement publié un peu plus tard que les quotidiens. Ces sujets nous apparaissaient incontournables, peu importe le moment de diffusion.
Autre différence de taille : la saveur québécoise. De 6 à 8 couvertures par année mettent en vedette une star d’ici, comme Karine Vanasse que vous connaissez peut-être. Nous avons notre propre star système, très très fort, un peu comme vous et les Américains. Et ça nous permet d’avoir une saveur locale. Les lectrices nous aiment pour ça, et pour l’avantage aussi que nous avons de publier des entrevues avec des vedettes internationales comme Marion Cotillard qui a fait notre couverture l’an dernier. 
Ça c’est la force du réseau ELLE (une quarantaine de magazines à travers le monde qui peuvent tous profiter de cet avantage). Enfin, si je compare Elle Québec et avec les autres magazines féminins chez nous, je dirais qu’il contient davantage de reportages Société, Psycho, Couple que les autres, et bien sûr la mode internationale. Nous sommes le plus fashion des magazines québécois. Nous ciblons les 20-40 ans. Mais nous sommes lues par des ados et aussi par des femmes de 50 et 60 ans. 
J’ai toujours cru, et je crois encore, que ELLE ne s’adresse pas à un groupe d’âge en particulier, c’est un état d’esprit. Une façon de voir la vie, la culture, la mode, la beauté, la société, l’art de vivre.

* Comment définiriez vous ELLE QUÉBEC en 3 mots ?
Tendance, moderne, inspirationnel.

* Y a t-il un magazine féminin que vous appréciez spécialement et que vous lisez juste par plaisir et non par obligation professionnelle ?
Je lis des magazines féminins depuis que je suis toute petite, et je continue à le faire pour mon travail. Mais j’en lis aussi plein d’autres par intérêt : Entertainement Weekly, Vanity Fair, Esquire, GQ, Rolling Stone, Paris Match, Time, National Geographic, L’Actualité et Urbania au Québec… Il y en a tellement, et je les garde presque tous. La dernière fois que j’ai déménagé, j’avais 200 cartons à moi toute seule. De quoi traumatiser n’importe quel chum.

* Parlons de choses (f)utiles…quelles sont vos astuces beauté, celles qui font toute la différence ?

Je porte du rouge à lèvres tous les jours, peu importe les circonstances, c’est le seul produit qui me suit partout, en bateau, à dos de chameau… J’ai la peau très pâle et ça me donne du teint. Je crois avoir appris ça de ma mère, qui portait toujours du rouge. Et le soir, j’applique toujours un baume à lèvres.

Je dois aussi faire attention pour m’hydrater la peau car elle est extrêmement sèche. Alors vive la crème à main (que j’utilise de façon industrielle), les crèmes doudounes pour le visage et les beurres corporels.

Aussi je ne prend jamais de bain sans mettre un peu d’huile dans mon eau. Et je vais vous confier un de mes secrets: je porte toujours un parfum le jour, mais aussi le soir, avant de me coucher. Et ce n’est pas le même. Le jour, c’est Aromatic Elixir, de Clinique. Le soir, c’est Nuit d’Hadrien, d’Annick Goutal. C’est dingue, mais il m’aide à m’endormir. L’enfance encore, je présume. Ma mère devait porter un parfum qui lui ressemble quand j’étais bébé.

* Finissons cette interview sur une question essentielle, êtes vous plutôt ballerines ou talons aiguilles ??
Ballerines la plupart du temps, mais talons aiguilles quand ça compte. Mon chum adore…

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Discutons ensemble  ↓

Laisser un commentaire

16 réponses

  1. Wow! Bravo! Comment on fait pour avoir un interview de la redac chef de ELLE ?!!!! RESPECT en tout cas!! Belle interview. J'ai appris un mot "chum", je pense que c'est pour chéri 😉

  2. OMG Beautylicieuse, mon dieu c'est bien la rédactrice en chef du magazine Elle Quebec. Je vis à Québec justement et j'adore ses chroniques car je suis abonnée. Il y a quelques mois, elle a osé se montrer sans maquillage dans le cadre d'une chronique télé, fallait oser et elle est très belle sans makeup. On voit qu'elle assume. Cette interview montre qu'elle est très simple. Merci, tu as un très beau blog que j'adore lire. Je passe tous les jours à l'heure du souper te lire.

  3. Wahou, super cet interview, merci Beautylicieuse! C'est clair que ca n'a rien à voir avec le diable s' habille en Prada, c'est tellement mieux en vrai 🙂
    Il faudra que je lises le Elle Québec un jour car je n'ai jamais lu que le français.
    Bisous

  4. j adore ces interviews,tu reussi toujours a nous denicher des interview de personnes tres importantes et influantes dans le monde de la beauté;tu m epate beauty.
    Pareil pour moi,je mets tous les jours du rouge a levres et le soir je bombarde mes levres de baume,pour le parfum egalement,le jours c est generalement celui de chantal thomass (il n as pas de nom) et le soir apres la douche je mets les brumes de victoria secrets.

    1. Non, toi la Reine de la beauté!
      Bon je sais que d 'ici cet été tu aura remedier a ce probleme,et peut etre meme qu on pourrai avoir un petit article dessous,il y a constamment des nouveautés.actuellement je guette la collection PINK.

  5. Je suis épatée, comment fais tu pour toujours dénicher de telles interviews. J'envie ta vie et ton boulot, mais c'est vraiment mérité car ton blog est super. Louise est une très belle femme, elle a un charme fou. J'espère que tu réussiras à nous avoir d'autres interviews de journalistes (j'adore toutes tes interviews) mais j'ai un faible pour celles qui bossent pour les magazines, voulant devenir moi même une future journaliste.

  6. Ton article m'a donné envie de m'abonner et je regrette vraiment pas. Il est super comme magazine. Et Louise est une très belle femme. Merci de nous donner l'opportunité de "cotoyer" ces gens si importants. Ton blog est vraiment excellent. Tu as ce…je ne sais quoi.Bonne soirée.

Mes recommandations
creme solaire avene

AVÈNE RÉINVENTE LA CRÈME SOLAIRE

On y est ! Les beaux jours sont là et les vacances se profilent à l’horizon. Et qui dit beaux jours, dit protection solaire et donc, casse-tête annuel. Car oui, osons le dire, trouver la crème solaire parfaite n’est pas une mince affaire… Et si je vous disais que la perle rare existe…ENFIN !

smart response

Et si un seul et unique soin pouvait répondre à tous VOS besoins ?

Et si je vous disais, qu’il existe un sérum nouvelle génération qui apporte à la peau ce dont elle a besoin, quand elle en a besoin et sur les zones spécifiques où elle en a besoin. Bref, un seul et unique soin qui répond à tous vos besoins avant même que vous le sachiez !

Défiler vers le haut