LADYBOSS – Caroline du Pin de Saint André

Par Beautylicieuse | le 31 mai 2018

Lady Boss Caroline du Pin de Saint Andre

Elles orchestrent, dirigent, décident…elles mènent de front et conjuguent carrière pro et vie privée…elles ?? Les LadyBoss. Voici quelques mois, que j’ai l’idée de cette nouvelle rubrique sans vraiment savoir comment tout mettre en place. Et quand enfin, tout s’est connecté dans mon cerveau, il ya quelques semaines, je me souviens avoir tout de suite pensé à Caroline du Pin de Saint André (aka « Ma Caro »). Je lui ai envoyé un sms vers 22/23h pour lui dire  « Ma Caro, j’ai une nouvelle rubrique de Lady Boss à mettre en place, je t’expliquerai quand on se verra mais il faut que tu sois la première. Bisouuus »

Vers minuit, je reçois sa réponse « Je ne suis pas sûre d’être une Lady Boss tu sais mais ok, tu m’expliqueras« . Avec Caro, on s’est rencontrée, il ya 7 ans environ  – alors qu’elle était Directrice des Relations Publiques/Presse de la marque Clinique – et le courant est tout de suite passé entre nous. Elles est hyper dynamique, tout le monde vous le dira et elle connait la terre entière. On est hyper complémentaires, différentes sur certains points et très semblables sur d’autres. Plus qu’une simple relation pro, c’est une amie et surtout l’une des très rares personnes à qui je me confie en pro/perso. Je sais qu’elle sera toujours de bon conseil et surtout j’adore sa franchise très américaine.

Je sais qu’elle ne se voit pas forcément comme une Lady Boss, et pourtant c’est tout ce qu’elle est ! Cette nana a un parcours de malade, d’abord assistante de Tom Ford (oui oui !!) – rp dans la mode puis aujourd’hui Directrice International Consumer Darphin… on peut parler de plusieurs vies. Cette interview est sans aucun doute, l’une des plus passionnantes que je n’ai jamais faite…et après ça, je suis encore plus admirative de la femme qu’elle est. Bref, installez vous confortablement et savourez ce moment ! Je sais que vous l’attendiez avec impatience !

 

CAROLINE, POURRAIS-TU NOUS EN DIRE PLUS SUR TON PARCOURS PROFESSIONNEL ?

J’ai un parcours particulièrement atypique. Après avoir quitté la France à l’âge de 10 ans pour vivre à New York avec mes parents, j’ai d’abord suivi l’école de mode FIT à New York avant de commencer ma carrière professionnelle.

  • Cathy Hardwick, New York

Mon tout premier job a été d’être l’assistante d’un certain Tom Ford, encore méconnu du public à l’époque. A vrai dire, je pense qu’il m’a surtout embauchée pour mon look de l’époque, à savoir mi-androgyne et mi-Audrey Hepburn. Je me souviens d’un homme particulièrement courtois et gentleman. Travailler avec lui fut une véritable révélation – j’ai compris que j’étais bien meilleure communicante que je n’aurais été créatrice de mode.

J’ai appris que l’on pouvait aimer son travail. Quand on est passionné, on n’a jamais l’impression de travailler.

  • Robert Lee Morris, New York

Spécialisée dans la création de bijoux et d’accessoires de mode – après  un passage avec la sublime Isabelle Canovas, je deviens la Directrice RP puis Communication Internationale du très talentueux et respecté Robert Lee Morris. Véritable mentor, il m’a ouvert les portes de son monde qui alliait l’art et la mode. Je côtoyais aussi bien les grandes rédac’ en chef de l’époque que les directeurs de musée.

  • John Hardy, New York

Artisan Joaillier. Un an à faire la navette entre New York et Bali pour des shoots avec le New York Times, Architectural Digest etc… John Hardy était un visionnaire.  Lisez son  interview  sur TED TALK sur son « Ecole Verte » qu’il a crée depuis à Bali.

  • CSA Communications, New York

En 2000, je réalise enfin mon rêve : créer ma propre agence de communication. Création, marketing, relations presse / publiques…je touche à tout. Je m’occupe surtout de marques de mode et d’accessoires de luxe. J’ai toujours su que je voulais être mon propre patron un jour, sinon je le regretterai.

A l’époque, je me rends régulièrement à Paris pour la Fashion Week. C’est d’ailleurs lors de ces nombreux allers-retours que je rencontre mon mari. Au début, chacun vit dans son pays respectif, puis, je décide d’emménager à Paris pour que ce soit plus simple, d’autant plus que je suis enceinte. Mon fils naît en février 2003. Je me donne un an pour retrouver un job. Une fois de plus, les choses ne se passent pas comme prévu ! Grace à mes amis de NY,  je postule pour 2 postes et très vite j’ai la chance d’être retenue pour les 2 offres.

  • Clinique,  France

In fine, je choisis de poser mes valises chez Clinique. Mon tout premier job dans la beauté et en France. Un bouleversement énorme. Cela a été très dur au début de prendre mes marques.  Je suis finalement restée 9 ans chez Clinique, 9 ans où je ne me suis jamais ennuyée. L’une de mes plus belles expériences professionnelles.

  • Darphin International, France

Au moment d’entamer ma dixième année, j’ai switché chez Darphin – une très belle marque française, certes plus petite, mais avec un plus gros challenge. Je suis nommée Directrice de la Communication Internationale puis récemment Directrice Internationale Engagement Consommateur. Chez Darphin, il y a tout à refaire et comme je l’ai toujours voulu, je touche à tout à l’échelle Internationale (contenu digital, création, partenariats avec les influenceurs, collaborations avec des artistes comme Nicolas Ouchenir, Antoinette Poisson, Maison Baluchon, Macon & Lesquoy… ) Je m’épanouis au quotidien dans cette belle marque, un choix que je ne regrette absolument pas.

Je suis suffisamment sûre de moi pour dire que je ne suis pas toujours sûre de moi

 

Caroline vu par Nicolas Ouchenir



QUELS SONT LES OBSTACLES QUE TU AS DU TRAVERSER POUR EN ARRIVER LÀ ??

Quitter NY pour Paris après 31 ans de vie américaine fut un véritable choc dans tous les sens. J’ai un nom français, je parle français mais je n’ai pas la mentalité française et cela n’a pas toujours été évident, notamment au début. La France et les Etats-Unis ont une manière de travailler diamétralement opposée. J’ai dû recommencer une nouvelle vie à 41 ans dans un autre pays, avec mari et enfant. Le grand saut ! Je peux dire que j’ai déjà eu deux vies : une première à NY et une seconde que je vis actuellement.

 

TE CONSIDERES-TU COMME UNE FEMME DE POUVOIR ??

Je pense que toutes les femmes sont des femmes de pouvoir qui accomplissent ce qu’elles veulent quand elles le veulent vraiment ! Une femme de pouvoir, c’est une femme indépendante qui sait bien s’entourer (No Negative Vibes) et ne prend rien pour acquis. Beaucoup plus facile à dire qu’à faire, n’est-ce pas ?!

 

QUE ME REPONDS-TU QUAND JE TE DIS ÊTRE UNE FEMME DANS UN MONDE D’HOMMES ??

Je n’y pense pas, je fais ce que je dois faire et du mieux que je puisse le faire. Je suis entourée de femmes powerful. Je sais que rien n’est impossible même dans un monde d’hommes. J’ai beaucoup de chance mais ce n’est pas le cas pour tout le monde et dans tous les secteurs. D’ailleurs pour cette raison le mouvement #MeToo est très important et nécessaire !

 

WORKING GIRL, MAMAN, EPOUSE, COMMENT ARRIVES-TU À CONCILIER VIE PRO ET VIE PERSO ??

Il n’y a pas de recette miracle, il faut trouver un équilibre entre les deux. J’ai la chance d’avoir un mari avec qui on partage les tâches de manière très équitable. Nous chérissons notre vie de famille mais nous aimons aussi notre travail, donc à nous de trouver l’équilibre. Si j’ai un conseil à donner aux femmes, c’est de ne jamais sacrifier leur vie personnelle.

 

DANS TON PARCOURS, DE QUOI ES-TU LA PLUS FIERE ??

Je suis fière d’avoir pu tout recommencer à 41 ans. J’ai compris à ce moment-là, ce que signifiait « sortir de sa zone de confort ». J’ai pris des gros risques dans tous les sens du terme mais ça a marché !

 

QUEL(S) CONSEILS DONNERAIS-TU AUX FEMMES QUI EN VEULENT ??

Croyez en vous-même (même si n’est pas toujours évident…)  et n’attendez pas le moment parfait car ce n’est jamais le bon moment. Just do it ! Chacun est responsable de son succès ! Ne comptez que sur vous-même et surtout SOYEZ INDEPENDANTES FINANCIEREMENT QUOIQU’IL ARRIVE, c’est là que la liberté commence. Et ça, c’est non négociable !

 

QUELLES SONT LES FEMMES QUE TU ADMIRES ?

Depuis toute petite j’ai une admiration pour Amelia Earhart, la première femme à avoir traversé l’océan atlantique en avion en 1928. C’était révolutionnaire…impensable pour une femme à cette époque ! J’aime son côté aventurier et casseur de codes !!!

Dans un autre registre, Audrey Hepburn pour sa beauté, son charme fou et sa générosité en temps qu’ambassadrice pour l’UNICEF. Elle fut l’une des premières actrices à utiliser sa célébrité au bénéfice de l’aide humanitaire auprès des enfants.

 

POUR FINIR, DIS-MOI QUEL ÉTAIT TON REVE D’ENFANT ??

J’en ai eu plusieurs…. chanteuse d’opéra (la première fois que j’ai vu Maria Callas, je voulais être elle) et Matador, ne me demande pas pourquoi… je pense que c’est pour le costume (cf : la photo ci dessous :)) !


Il y a quelques années, quand Caroline hésitait entre ses multiples passions 🙂

   

Crédit photos 1 : Anja Matthes

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               Cette nouvelle rubrique vous plait ??

Carrière-Entrepreneuriat, Développement Personnel, exclusif, Interviews Exclusives, Leadership Féminin-Success Stories