[Confession du lundi] – Mon acné hormonale m’a gâché la vie (par SL)

Une femme sur trois serait touchée par l’acné adulte ! L’acné peut se développer à n’importe quel âge à cause du stress, des facteurs environnementaux et des hormones. Son caractère inesthétique (osons le dire !) se mêlant au regard des autres le rend (encore plus) difficile à vivre.

Aujourd’hui, je vous propose de lire le témoignage de SL qui se bat au quotidien contre cette acné .
 Bonsoir ! Les quelques confessions que j’ai lu m’ont beaucoup touchées et je pensais pouvoir ajouter ma pierre car j’ai un problème qui n’est pas facile tout les jours et je voulais en parler.
Enfant, et même maintenant, j’ai toujours aimé les bonnes choses à manger. J’étais pleine de vie, j’avais quelques amis, des parents qui m’aimaient et qui m’aiment toujours actuellement. A ma dernière année de primaire, j’ai commencé à avoir quelques boutons sur le visage et parfois mal dans le bas du ventre. Je me souviens encore de ma mère qui est venue dans la salle de bain pour m’expliquer ce qui arrive quand on commence à devenir “une femme”. J’étais une enfant, je ne comprenais pas encore.

Arrivée au collège, une année de 6ème abominable. J’étais ronde, j’avais pas de style et plus de boutons sur la face. Insultes, méchanceté gratuite, plus d’amis et des pleurs à chaque retours à la maison. Pendant les vacances d’été, à l’âge de 11 ans, arrivée de mes 1ères règles soit un enfer de plus à gérer. Elles étaient irrégulières, douloureuses, abondantes et les serviettes de 3mm, on n’en trouvait pas à ce moment là. Les gens se moquaient toujours autant de moi surtout à cause de la forme de “couche” que j’avais sur les fesses.

Les professeurs ne supportaient plus que j’avais tout le temps envie d’aller aux toilettes dès que quelqu’un entrait dans la salle car on devait se lever et que je tremblais de peur qu’il y ait une fuite. Encore plus de stress, encore plus de boutons sur le visage et quand dans sa tête on n’est encore qu’une enfant qui a envie de vivre plein de choses normales de son âge, c’est difficile.

En 4ème, je me suis fait 2 amies avec qui j’étais tout le temps avec qui j’ai réessayé d’apprendre à rire et être plus heureuse. Pourtant à la fin de mon année, les choses étaient clairs pour moi: changer d’école. J’avais 13 ans, j’étais en surpoids car je reportais mon mal-être dans les tartines de nutella après les cours et ça allant jusqu’à 4 tartines. Ma grand-mère me faisait des réflexions le matin quand je voulais prendre un 2ème bol de céréales à cause du sucre car j’étais trop ronde à l’inverse de mes cousines bien dans leur peau et minces.

Je suis arrivée en école d’art et j’ai voulu changer certaines choses. J’ai toujours envié les belles personnes et mon souffle devenait de plus en plus difficile en montant les escaliers. J’ai réapprit toute seule à bien manger, à faire un peu de sport (j’ai perdu 10 kilos) et quand même profiter de la vie avec mes amis de l’école qui ne faisaient pas vraiment attention à cet acné. Je voulais plaire aux hommes, mais je n’y arrivais pas. Je voulais devenir plus féminine.

La pilule fait quand même son petit effet, ma peau est quand même plus jolie mais ça ne suffit pas. A l’âge de 20 ans, mon acné était toujours présente et le verdict est tombé: acné hormonale, les traitements ne marcheront seulement qu’un temps.
Ayant également la peau sensible en plus de grasse, je n’ai pas le droit aux faux pas au niveau des cosmétiques. Un mauvais cosmétique me donne encore plus de boutons, trop de fond de teint aussi car ça étouffe la peau. Pourtant j’aime les cosmétiques et j’ai toujours rêvé de pouvoir afficher une peau parfaite sans prendre des anti-biotiques pendant des mois.

Aujourd’hui j’ai 22 ans et je suis en école de maquillage professionnel. Ma sensibilité est toujours autant à fleur de peau, mes boutons sont toujours présents sur mon visage et quand on sait qu’un traitement comme Roaccutane ne marchera qu’un temps, c’est pas facile facile…

J’essaye toujours autant d’apprendre à m’accepter même si le fait que j’enlève des boutons qui traînent à l’aide de photoshop sur mes photo fait rager pour rien certaines personnes car elles ne savent pas ce que c’est, car elles n’ont jamais eu ce genre de problèmes. J’ai arrêté les produits laitiers contre du lait de soja, d’amande ou de coco, j’essaye de changer mes soins contre de l’huile de jojoba, du tea tree et du rhassoul. Pourtant, mes boutons sont encore présents mais je n’ai pas encore baissé les bras ! FIGHTING ! Signé SL.

Relire les articles en rapport avec l’acné sévère/hormonal :
* Acné chez l’adulte (les causes, comment s’en débarasser…)
Eleina Mokk nous démontre une fois de plus, le pouvoir du maquillage (avant-après incroyable)
Faire disparaître toutes ses tâches d’acné juste avec du maquillage
* Relativisons nos problèmes de peau, y’a toujours pire que soi….

NB : Vous pouvez (re)lire toutes les anciennes confessions ici et faire comme SL en m’envoyant votre témoignage – peu importe le thème – via mail (beautylicieuse@hotmail.fr). Bien sûr cela reste anonyme (avec pseudo au choix)!
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Discutons ensemble  ↓

Laisser un commentaire

11 réponses

  1. J'ai mal au cœur pour toi ! Moi qui me plains lorsque j'ai un bouton en période de règles, et encore.
    Ma tante est atteinte de psoriasis, sur tout le corps, et quoi qu'elle fasse ça ne partira pas. On voit toujours cet aspect rosacée sur sa peau avec quelques plaques mais en période d'anxiété c'est pire, et elle se gratte à sang. Ce qui n'arrange pas les choses c'est qu'elle est hyper anxieuse et sensible aussi. Son dermato lui a conseillé le fond de teint Couvrance en fluide qui laisse respirer la peau tout en ayant une couvrance modérée. Pas le droit aux produits de parfumeries etc :/

    Bon courage ! Bisous 😉

    1. Déjà, on dit ''cauchemar'', juste comme ça. Et ta réflexion est hyper méchante vis à vis des personnes qui souffrent de l'acné (vu le nom de ton blog, tu paraissais être compréhensive envers les différents physiques mais apparemment, non). Quel manque de respect effarant…

  2. SL, je comprend partiellement ta douleur. Je lutte moi aussi contre l'acné depuis des années. Vers l'âge de 14 ans j'en avais sur le visage et aussi sur le dos et le décolleté, mon dermato m'a effectivement prescrit le roaccutane et tout est parti en 6 mois, les 6 mois les plus légers de ma vie, ceux ou j'ai pu avoir un minimum confiance en moi… j'ai arrêté le traitement mais continué la pilule (diane 35) et les boutons sont revenus un tout petit peu mais rien d'anormal, un peu comme celles qui en ont un petit par ci par là avant leurs règles. Puis j'ai voulu faire une pause avec la pilule, car ma mère l'a prise longtemps et elle a eu du mal à m'avoir, et en plus elle a eu un cancer du sein et c'est avéré que la prise de pilule le favorise. Deux mois après avoir arrêté, j'avais de nouveau des boutons partout, sur le visage ça allait mais c'était surtout le décolleté en fait. Le dermato voulait me donner des antibios, j'ai pas voulu les prendre, j'ai été voir une homéopathe, elle m'a donné un traitement homéopathique et ça a été encore pire, je lui ai demandé si pendant un temps c'était normal que ce soit pire, elle m'a dit que non, j'ai persisté pendant deux mois et après aucune amélioration j'ai arrêté. ca ne s'est calmé que quand j'ai repris diane 35. Aujourd'hui j'ai des cicatrices sur les tempes, mais avec du maquillage ça passe, et j'ai encore un ou deux boutons parfois plus sur le visage, mais ce qui me complexe le plus c'est mon décolleté, y'en a pas beaucoup mais c'est vraiment repoussant, du coup même en soirée je ne porte jamais de jolis t shirts décolletés alors que j'aimerai tant… en plus, comme diane 35 a été arrêtée j'ai dû changer de pilule du coup ça va moins bien.
    Ce que je peux te conseiller c'est d'aller voir une naturopathe, moi j'en cherche une sérieuse sur Paris, car les dermatos ils voient des boutons ils cherchent même pas à comprendre, ils te foutent des antibios et si on réfléchit 5min, des antibiotiques pour traiter un problème récurrent dont on ne sait même pas vraiment d'où il vient…
    Les méthodes naturelles comme l'huile+ l'huile essentielle d'arbre à thé, le savon d'alep etc… ça, ça marche vraiment, alors persiste. J'ai juste une question : comment tu sais que ton acné est "hormonale"?

    Courage!!

  3. J avais le même problème que toi : acné hormonal … toutes les crèmes du monde n y ont rien fait..et il y a un an j ai commencé le traitement Curacné… Autant dire que pendant 6 mois j étais sèche comme un vieux pruneau, mais heureusement je n ai eu aucun effets secondaires: maux de tête,courbatures… Aujourd'hui je peux enfin me balader dans la rue sans maquillage et me sentir belle, ni culpabiliser de me maquiller parce que le lendemain je vais ressembler à Hiroshima… Je regrette seulement de ne pas l avoir fait plus tôt car j ai des cicatrices… Je comprend ton mal être, mais pourquoi le traitement te fait il aussi peur ??

  4. Carobey: J'ai 40 ans et j'ai connu l'acné aussi sévère à 14 ans avec un ras le bol à 18 ans j'ai pris diane 35 qui s' est avéré efficace. J ' ai voulu faire une pose pilule a 24 ans et là la catastrophe , la dermato m'a prescris Roacutane pendant 9 mois qui dessèche beaucoup mais au moins les boutons partent et definitivement! Le traitement se fait sous pilule car dangereux en cas de grossesse. J 'ai des marques bien sur car ado j'ai beaucoup touché ces boutons avec l'age ça s' estompe et je suis tout le temps maquillée même le dimanche a la maison ! Bon courage les filles

  5. Témoignage bouleversant ça ne doit pas être facile pour toi j'imagine surtout quand on est une fille.
    J'ai connu la méchanceté gratuite à l'école et ce jusqu’à mon BAC donc je peux comprendre ce que tu as vécu.
    Et même des années après on peut souffrir encore car les blessures restent. Courage.

  6. Bonjour,

    Et bien, je te félicite pour ton courage d'avoir témoigné surtout avec la photo, tu le mérite, car avec un tel problème, peu de personnes osent s'afficher en public.
    Mais, j'aimerai bien savoir si tu as déjà suivi un traitement particulier par rapport à tes acnés? Pourquoi ne pas recourir au traitement LED?

  7. Moi aussi j'avais de l'acné hormonale (certains taux d'hormones masculines à la limite supérieure), mon acné est partie avec Diane 35. Par la suite, à l'arrêt de la pilule, elle est revenue légèrement et est définitivement partie lorsque j'ai modifié mes habitudes alimentaires (suppression des produits laitiers). Je ne prends plus aucun traitement à ce jour et n'ai plus d'acné. Je suis depuis devenue végétalienne et je ne continue donc à éviter les produits laitiers. J'invite la personne ayant témoigné à chercher une solution du côté de son alimentation. Bon courage à tous ceux qui souffrent d'acné car c'est un cauchemar.

  8. Hé oui !!! J’en ai souffert durant toute ma vingtaine… L’enfer ! UU’ Puis je suis passée par Roaccutane pendant plus d’un an. Le hic, c’est que les effets secondaires sont irréversibles. Je suis passée d’une peau grasse limite graisseuse à une peau ultra sèche qui tiraille et devient écarlate au moindre changement de température, au moindre coup de vent. Idem pour mes yeux qui souffrent de sécheresse depuis. Pfffft !!!
    J’en suis plus ou moins débarrassée mais parfois, ça revient juste pour me rappeler que je ne serais jamais vraiment tranquille. De plus, cela m’a tellement gâché la vie que j’ai développé une dermatilomanie. En gros, dès l’apparition du moindre bouton, je m’acharne dessus jusqu’à ce que ça devienne impossible à regarder. Actuellement, je traine 3 boutons sur le côté gauche de la joue depuis…juillet ! Et nous sommes en octobre. Imaginez les cicatrices. C’est sans fin mais c’est tout de même mieux que ce que c’était avant. Bref, le traitement médicamenteux peut aider un peu, mais parfois on est tellement atteinte que l’aide d’un psychologue s’avère essentielle.

    Courage à toutes celles qui sont dans ces situations.

Mes recommandations
Défiler vers le haut