[Confession Intime] – Ma famille m’a détruite, dois-je couper les ponts avec elle ?? (par Jo)

Comment survivre à sa propre famille quand cette dernière qui est censée vous transmettre des valeurs et des règles, vous soutenir contre vents et marées décide de faire volte-face et fait de votre vie un véritable enfer ?! Couper les ponts avec sa famille ou continuer à supporter toutes ces violences, ce mal-être quotidien…?! Tel est le dilemme de Jo dont je vous laisse lire le témoignage !
Bonjour Beautylicieuse, 

Je lis ton blog depuis des années et ça y est je saute le pas pour me confier. J’espère que mon témoigne pourra aider d’autres personnes.  Mon histoire n’est pas facile mais il y a pire j’en ai conscience. Je suis l’aînée d’une famille de 6 enfants et mes parents m’ont volé mon enfance et mes frères et soeur m’ont complètement détruite.

Quand j’avais 11 ans, mes parents ont divorcé et ma mère travaillait énormément donc au lieu de profiter de la fin de mon enfance et du début de mon adolescence, ma mère m’obligeait à être une seconde mère pour mes petits frères et soeur. C’était très dur au quotidien mais j’obéissais. Quand j’ai eu 18 ans, je suis partie loin pour faire mes études universitaires car l’ambiance était malsaine, beaucoup de violence physique et verbale. 

Cependant je rentrais deux fois par mois chez moi. Et là tout s’est empiré, ma soeur avec qui je partageais ma chambre, n’arrêtait pas de me sortir “que la vie est tellement meilleure sans moi”, mes frères me traitaient de grosse à longueur de journée et me frappaient quand je regardais la télévision car ils voulaient jouer aux jeux vidéos. Mes parents ne disaient rien, ils estimaient que j’étais l’aînée et que je devais faire des choses d’adulte et non regardaient la télévision et ignoraient les remarques de mes frères et soeurs. 
Je travaille bien à l’université, je n’ai jamais redoublé, j’ai toujours eu la mention contrairement à mes frères et soeurs et je n’ai jamais eu problème, j’ai toujours été calme et pourtant mon père m’humilie et me traite de pute car j’ai osé quitter ma ville natale pour aller étudier dans une autre ville. 
J’ai deux de mes frères qui sont des drogués, l’un des deux n’a même pas le brevet des collèges. Ils volent la famille, ils sont irrespectueux, ils insultent mes parents et pourtant mon père leur donneng de l’argent alors que moi je dois me contenter de mes bourses universitaires pour payer mon loyer étudiant, mon alimentation et tous les frais liés à la vie étudiante.

En juillet 2011, j’étais tranquille dans le salon, je regardais la télévision, un des mes frères voulait jouer aux jeux vidéos, j’ai refusé en gardant la télécommande, j’ai fait tomber une de ses manettes qui s’est cassée et là il m’a violemment poussée contre un pot de fleur qui s’est brisé sous mon poids. 

Les débris ont entaillé mon bras, une coupure de 10 cm, mon frère alors que j’étais au sol me frappait au visage avec ses poings, sous le regard de ma soeur, qui n’a même pas réagit pour l’empêcher de me frapper. J’ai réussi à m’enfuir dans ma chambre et j’ai appelé mon père pour qu’il fasse quelque chose. Mon père m’a amené aux urgences et m’a dit que si je répétais quoique ce soit, je le regretterais amèrement.

Mon frère et ma soeur ont raconté au reste de la famille, mes frères, ma mère que je m’étais coupée toute seule pour les faire accuser et les faire punir. Que je me suis faite les bleues au visage toute seule. Ils les ont cru, un de mes frères m’a dit que de toute façon j’étais une grosse pute qui vidait le frigo et qui prenait des airs supérieurs juste parce que j’avais une licence. Ma mère n’a rien fait, elle m’a juste dit qu’elle paierait si jamais je voulais me faire retoucher la cicatrice par un chirurgien esthétique.

J’ai toujours été gentille et je ne comprends pas toute cette haine, la haine de mon père, la haine de mes frères et soeur et l’indifférence de ma mère. J’ai dit à ma mère que je partirais loin et que je couperais les ponts mais elle me répète que si je coupe les ponts je ne trouverais jamais de mari, car un homme ne respecte pas une personne sans famille. Elle me fait du chantage affectif en disant qu’elle a des tendances suicidaires et qu’elle a besoin d’avoir sa fille auprès d’elle, qu’elle veut connaître mes futurs enfants. Mon père me dit que si je coupe les ponts je peux dire adieu à l’héritage familial.

J’ai fini mes études mais je ne trouve pas de boulot. J’ai envie de partir loin de définitivement couper les ponts car je me dis que pour me reconstruire, être heureuse je dois absolument faire en sorte que ma famille me retrouve jamais.

J’ai résumé, car si je racontais tout il faudrait une vingtaine d’articles. Je t’envoie ce témoignage car la violence dans la famille est occulté dans beaucoup de situations. On considère que taper sa soeur, ce n’est rien et pourtant ça détruit et ça laisse des traces indélébiles comme ma cicatrice au bras, qui est juste affreuse et un sentiment de peur et dégoût quand je me regarde dans le miroir, car je me dis que si ma famille me hait, qui m’aimera. Bisou Beautylicieuse et à vous toutes. Merci de m’avoir lue. Jo”

NB : Vous pouvez (re)lire toutes les anciennes confessions ici et faire comme JO en m’envoyant votre témoignage – peu importe le thème – via mail (beautylicieuse@hotmail.fr). Bien sûr cela reste anonyme (avec pseudo au choix)


Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Discutons ensemble  ↓

Laisser un commentaire

35 réponses

  1. Si j'étais à ta place je couperais les ponts. Ta mère dit qu'elle a besoin de sa fille mais s-en contre fiche de ton bonheur, le reste de ta famille s' en contre fiche de toi. Alors oui part pour un meilleur avenir, part pour avoir ta chance. De plus un homme ne te respect pas juste parce que tu n'à pas de famille … ensuite ton père dit que si tu part tu n'aura pas ta part de l'héritage (bon je ne sais pas de combien ni de ce que c'est) mais garder l'héritage d'une famille comme la tienne ça représente quoi pour toi ? Enfin, si on parle de centaine de millier d'euros, ok ça peux te mettre un doute maintenant si c'est que des meubles, part ….!!!!! Dans tout les cas le meilleur conseil que tout le monde puisse te dire c'est de suivre ce que te dit ton coeur. Gros bisous et prends la bonne décisionà belle.

  2. j'ai eu une histoire similaire et je suis partie, je me regrette rien aujourd'hui ma "famille" ce sont les amis qui m'entourent. je n'ai besoin de rien d'autre. eh on est plus au moyen age "un homme ne respecte pas une fille sans famille" c'est une connerie sans nom ! alors pars et si tu ne trouve pas de boulot fais un master profites en pour aller en erasmus à l'étranger ! le plus dur c'est de sauter le pas mais crois moi une fois que c'est fait tu te sens plus libre que jamais !

  3. Oh ma pauvre c'est triste comment une fammille peut tolerer un telle violence normalement la famille pour aider non le contraire du courage oublie pas tous se paye dans la vie

  4. La fuite c'est aussi un acte de courage. Pars et vite !!! c'est de ta santé et de ta vie qu'on parle. Qu'ils restent dans leur violence, ils finiront par se faire du mal les uns les autres. Tu cherches quoi comme travail et où ?
    peut être que certaines qui te lisent auront des pistes pour t'aider à trouver un job … plus vite tu partiras

  5. Il faut partir. J'ai coupé les ponts et sincèrement, je m'en fiche de leur héritage. Les connaissant, ils ont dû faire leur possible pour que tout revienne à mon frère. Je ne peux pas comprendre ces personnes qui détestent leurs enfants. J'avais posé plusieurs fois mes parents sur la raison de cette haine envers moi et ils disaient que je me faisais des idées… Pendant un moment, j'ai essayé de me rappeler comment j'étais enfant : je jouais seule, j'étais polie, je mangeais de tout, je rendais service, etc. J'ai fait des bêtises mais ils ne l'ont jamais su. On ne peut pas être une victime toute sa vie. Il faut que tu tires un trait, il faut que tu réussisses ta vie rien que pour les emm… Si on te pose des questions sur ta famille, tu réponds que tu es orpheline, ça calme tout de suite.

  6. Je suis vraiment desolée…j'ai aussi bcp de problemes avec ma famille, pas au meme niveau que toi, mais ils m'empechent de vivre aussi…j'ai demenagé en france (je suis italienne) et ca aide au quotidien, mais ce qui m'as le plus aidé c'est de suivre un terapie…je suis toujour en contact avec eux, mais maintenant j'apprend a m'en foutre de leur comportement…je prend que ce dont j'ai besoin dans la relation et pas le nuisible! Comme je disais je n'ai pas les memes problemes de violence, mais si tu veux un conseil un psychologue peut t'aider a prendre la bonne decision et surtout á ne pas le regretter…

  7. Je n'ai pas pour habitude de répondre à cette rubrique (même si je la lis et l'adore), aujourd'hui c'est différent. Je me retrouve totalement dans ton histoire. Violence verbale, physique, psychiques, une réelle différence avec tes petits frères… Après avoir fait une grave dépression (tentative de suicide), j'ai eu un réel électrochoc. Je suis partie de chez moi, je suis encore étudiante, j'ai un boulot à côté mais j'ai totalement coupé les ponts. Et tu sais quoi? Je ne le regrette en aucun point! Fais le part!

  8. (Suite) je sais combien c'est dur mais je peux t'assurer un truc, ta vie n'en sera que meilleur! Comme la dis une amie à moi qui m est très chère, la personne la plus importante dans ta vie c'est toi même, tu n'as personne de personne d'autre.
    Je te souhaite énormément de courage.
    Bisous

  9. Ton témoignage m'a mis les larmes aux yeux.je ne me permettrai de ne te donner qu'un seul conseil:tu es une adulte à présent donc pense à toi et ton bien être et ne te culpabilise pas.Tu n'es pas heureuse auprès de ta famille,mais cela ne veut pas dire que tu ne rencontrera pas de gens qui t'aimeront pour ce que tu es.Tu as l'air d'une bonne personne,tu es courageuse,et tu pourras apporter toi même beaucoup d'amour et de gentillesse autour de toi.
    J'ai moi même grandi dans un environnement familial délétère,je ne compare en aucun cas ma situation à la tienne,mais couper les ponts avec une personne en particulier de ma famille m'a soulagé même si ça a été difficile.Aies foi et confiance en la belle personne que tu es,je te souhaites sincèrement de rencontrer des personnes qui te méritent courage ma chérie 🙂

  10. Fuis au plus vite!!!! Tu es au milieu de pervers narcissiques qui malheureusement composent ta famille… La seule solution est de partir pour pouvoir te construire… Tu ne peux pas rester au milieu de toute cette violence. Et c'est quoi ce chantage de mariage et d'héritage??? Bien sûr que tu trouveras un mari même si tu te sépares de ta famille, j'irais même plus loin, c'est en restant dans ta famille que tu n'en trouveras pas car ils sont en train de bousiller ta confiance en toi, de saper ta personnalité pour te faire devenir une moins que rien…
    Tu cherches des raisons à leurs comportements… As tu déjà pensé que tu pourrais ne pas être la fille de ton père? Cela expliquerait beaucoup de choses…
    Cela serait bien également que tu suives une thérapie, c'est nécessaire pour ta reconstruction.
    J'ai grandi dans une famille maltraitante verbalement et après une thérapie, j'ai choisi de couper les ponts avec mon père et de mettre beaucoup de distance physique (des centaines de km) entre lui et moi, la meilleure chose que j'ai pu faire.
    Alors courage, et n'attends plus, une meilleure vie t'attend, une vie épanouie avec de belles personnes autour de toi!

  11. Pars, pars, PARS ! Le chantage affectif de ta père ne doit en aucun cas te retenir, les vieilles superstitions du mariage impossible à cause du manque de famille sont hors d'age… tu n'es pas de la famille, tu es esclave ! PARS, vas faire ta vie ailleurs, reconstruis toi, vis pour toi !!!! Bon courage !

  12. Personne ne peut décider à ta place. Tu es la seule à savoir si oui ou non tu veux couper les ponts. Mais ta conclusion laisse à penser que ta décision est déjà prise et tu ne la mets pas à exécution pour de mauvaises raisons, me semble t'il…
    Ta mère ne se suicidera pas si tu t'en vas (et à la rigueur, j'ai envie de dire, ça sera de sa faute, pas de la tienne, même si cela venait à arriver). Bien sûr que tu trouveras un mari ou quelqu'un pour t'aimer même si tu n'as plus de famille… Justement tu te laisseras la possibilité de rencontrer quelqu'un de bien qui te comprendra et te soutiendra dans tes choix. Quant à l'héritage, j'ai envie de dire, d'une, si vous êtes en France, il est impossible de déshériter un enfant, et mettons que ce soit quand même le cas, quelle somme d'argent vaut plus que ton bonheur, ta liberté, ta sérénité? Tu as l'air de très bien t'en sortir toute seule, tu fais de bonnes études, tu es indépendante, tu subviens seule à tes propres besoins, fais toi confiance!

    J'ai eu une enfance très difficile aussi. Est venu le moment où je me suis demandé, comme toi, si j'allais couper les ponts ou non. Comme toi, on m'a fait du chantage affectif, comme toi, je me suis posée mille questions plus ou moins raisonnables… Et j'ai finalement franchi le pas, j'ai tout plaqué. C'est l'une des meilleures décisions de ma vie. Plus personne ne me fait de mal aujourd'hui. Prendre cette décision m'a rendu forte, je ne laisse plus personne me manquer de respect.
    J'ai seulement gardé contact avec ma mère, car elle a tout plaqué un an après que je l'ai fait, nous avons donc pu tenter de reconstruire une relation.

    Bon courage à toi. Et une belle vie surtout!

  13. Tout a été dit! Te lire m'a donné des frissons, j'espère de tout coeur pour toi que tu arriveras à t'éloigner définitivement de cette "famille" malsaine et nuisible pour ta santé mentale et psychique.
    Fais toi confiance, tu arriveras à te reconstruire, je te le souhaite vraiment.

    Amicalement! Lou

  14. C'est un détail mais il faut savoir qu'en France il est impossible, je dis bien impossible de déshériter un enfant! si tes parents laissent un héritage tu en auras forcément une part.

  15. TIRE TOI!!!
    Vraiment.
    Ne te culpabilise pas alors qu'eux ne le font pas quand ils te font du mal.
    Certes on n'a pas le choix de sa famille. Mais on a tjr le choix de son bonheur

  16. Ma chère JO, tout d'abord laisse moi te dire que je t'admire; premièrement d'avoir le courage de témoigner même en restant anonyme et secundo d'être rester aussi longtemps.
    Il tant a fallu du courage et beaucoup d'amour en toi pour rester.
    Ton histoire m'as donner la chair de poule.
    Personnellement je suis d'origine africaine, nous sommes 7 enfants dont 2 adopter et je n'ai pas le souvenir que ma mère ou mon père m'est amené a l 'ecole.ca a toujours était ma sœur et quand j en ai eu l 'âge donc vers 9 ans j ai également amener mes frères a l 'école, même les jours ou je n avait pas cours ,j 'étais obligé de me lever de faire leurs petits déjeuner ect…. le soir d'aller les chercher a l'école et de les aides a faire leurs devoirs ect…… jusqu' au couché bien sur avec l 'aide mes grandes sœurs car il y avait un planning sur le frigo (menage,vaiselle,nourriture,ect….) car mes parents voyageaient constamment mais il y avaient nos grand parents pour superviser le tout. Jamais nous ne nous sommes manquer de respect ainsi, il y a eu des petits brouilles de frères et sœurs ,mais pas de méchanceté gratuite ,c est incroyable, comment tes parents on pu laisser la situation degeneré ainsi? je ne regrette pas mon enfance, c'est vrai que j ai fais la maman avec mes freres mais mes sœurs l'ont fait aussi pour moi et quand j ai eu mon fils a l âge de 22 ans je savais tout faire.je pense qu on élèvent ses enfants pour qu ils puissent etre indépendant et qu ils sachent se débrouillés dans la vie mais dans ton cas ils t ont limite brisés.
    Tu m as l air tellement forte, aujourd'hui pense a toi et rien qu' a toi, tu as besoin de te reconstruire, vas t en ,vis ta vie.
    Il y a le bonheur qui t attend,je suis de tout cœur avec toi et si tu veux bien et beautylicieuse aussi reviens nous donner de tes news.

  17. J'étais dans une situation presque semblable. J'étais le rejeton indesiré de la famille. J'etais ni l'ainé ni le plus jeune. J'étais le seul a vouloir faire des études, études que je n'ai pas pu faire car j'ai foiré ma terminale en faisant une grave dépression a cause dma famille et de mon frère qui m'avait piqué ma petite amie juste pour avoir le plaisir de me détruire encore plus…. Durant 6 mois, je n'ai quasiment plus manger, dormit ou parlé…. Je n'ai tenu que par fierté mais surtout pour elle, ma petite cousine qui vivait une situation similaire avec ses parents, elle n'etais pas un enfant désiré, arrivé trop tot de parents a peine mineur. Aujourd'hui elle a 17 ans et nous attendons chaque jour, qu'elle atteigne ses 18 ans pour fuir nos familles respectives et partir dans la ville de son choix, où elle pourra faire les études qu'elle souhaite sans devoir subir l'injustice de notre famille…

  18. Moi aussi j'ai vécu dans une famille toxique où il y avait l'inceste, des violences verbales et physiques. J'ai quitté la maison de mes parents à l'âge de 20 ans, je me suis mariée, j'ai 2 grands enfants de 16 et 19 ans, et j'ai un époux qui me soutient énormément nous avons 25 ans de vie commune et 20 ans de mariage. Mais cela fait exactement 8 ans que j'ai coupé les ponts avec cette famille après avoir dénoncé l'inceste, alors que toutes mes autres sœurs et frère sont concernés. Dans des cas comme sa, il faut savoir qui l'on protège, Est-ce nous ou l'agresseur? Pour ma part j'ai préféré me faire du bien en suivant une psychothérapie, pour me dépolluer de cette famille. Aujourd'hui je suis une femme heureuse j'ai pris ma vie en main et j'en suis fière.

  19. Quel courage. Je vis dans une famille toxique aussi. Je suis la seule à faire des études supérieurs et je sens leur jalousie à mon égard. Mon père est indifférent et ne ma jamais demandée si j'allais bien , ma mère indifférente à mon égard. Quand j'était petite, j'ai le souvenir qu'elle me rejetait. Je n'ai jamais reçu d'affection de leur part. Je suis aller étudié loin pour être mieux et à chaque fois que je rentre c'est le même enfer. Aujourd'hui, inconsciamment, c'est moi qui est devenu complètement indifférente à ma mère .

  20. Quand je reviens ou que je part de chez moi, j'ai plus cette envie de lui dire au revoir et je sens que ça lui fait quelque chose. Mais je n'y peux rien, je n'arrive pas à faire autrement . Je repete toute l'indifférence qu'elle ma fait subir

  21. Bonjour

    Un conseil !! Part si tu peux…ta famille va te détruire et tu as droit a ta dignité et être heureuse.
    Le chantage c est trop facile mais dit toi que c est ta vie a toi et a personne d autre.
    De plus un homme t aimera pour toi et comprendra que tu es coupé les ponts avec ta famille.
    Des fois faut faire des choix et l éloignement est la meilleure solution pour être plus sereine.

    Bon courage a toi

  22. Je vis un peut la même chose que toi je me suis mariée et j'ai un enfant maintenant mais ma famille est toujours là à m'insulter et autre j'ai changé plusieurs foi de numéro mais il arrive tjr à l'avoir il vienne cher moi me dire pourquoi je ne vien pas les voir il veule m'apprendre à élever mon enfant alors que je suis la seul à être marié cher moi ma mère me harcel m'insulte et veut prendre mon rôle de mere je suis aussi perdu que toi je ne sais plus du tout quoi fair

  23. Bonjour je vien de coupe les ponts avec ma famille qui vit en Italie ,apres des années de chantage de violence psychologique de la part de ma mere et le comportement passif de mon père j'ai décidé enfin de coupe tout lien avec eux ,même si aujourd'hui je me pose beaucoup des questions sur leur opinion à mon égard je pense avoir pris la meilleure décision de ma vie ,je pense que il faut du temp pour se reconstruire psychologiquement et sortir de l'emprise d'une mere toxique .j'espere un jour pouvoir vivre ma vie sans regret et avec beaucoup de légèreté .

  24. Je ne sais pas pour le reste mais son père est un menteur si la famille est en France. On ne peut plus déshériter en France, on ne peut pas non plus favoriser un héritier par rapport à un autre (sauf d'un cinquième).
    A part si son père donnait l'argent de son vivant, ce qui a mon avis est très risqué étant donné la solidarité de cette famille.

    Pour la mère, c'est une perverse manipulatrice. On ne prétend pas ne pas se passer de quelqu'un et ne pas vouloir comprendre qu'on la fait souffrir.

    Je pense que le plus "malin", parce que ces gens jouent là dessus, est de moins en moins les voir (donc y aller doucement), déménager loin ce qui prétextera le fait que tu les verras peu. Et à terme tu ne les verras que une ou deux fois par an.
    Quand tu les vois, ne leur donne pas de nouvelles précises. Sois vague, ne rentre jamais trop dans les détails, parle de tes collègues au travail sans dire ce que tu fais et combien tu gagnes, etc etc.

    En gros éloigne toi et fais profil bas, de toutes manières ça ne changera pas, ces gens ont besoin de leur vilain petit canard pour se sentir bien: ça fait des conversations entre eux, ça les rend important, ce ne sont que des hypocrites envers toi mais entre eux ils sont bien heureux.
    La majorité des gens, la majorité des familles c'est comme ça. Moi non plus j'ai mis du temps à comprendre qu'il ne faut jamais attendre quelque chose des gens. Il faut être méfiant, l'humain est de la vermine et il n'est bon que lorsqu'il se retient de sa nature abjecte.
    Quand on vous dit "grandi un peu, sois adulte, t'es un gamin", c'est que vous n'avez pas leur mentalité et que ça les énerve.

    Donc bienvenue au club des vilains petits canards.

  25. Bonjour,
    Il faut absolument couper les ponts et partir loin pour repartir sur des bases solides , nouvelles sans souvenirs permanents ou relances au quotidien.
    Je suis dans cette même situation de famille toxique et négative jouant sur les sentiments quand il le faut et abusant du bon cœur et me voulant du mal.
    Ils te connaissent et te manipulent tout simplement.
    J'ai coupé les ponts avec toute ma famille il y a 20 ans et je vis heureux avec ma femme, bientôt notre enfant à qui nous allons transmettre au mieux ce qu'une famille doit transmettre avec amour, protection et partage.
    Ne doute pas de toi, c'est ce qu'ils veulent, et fais ta vie sans te retourner car si ils voulaient ton bien ils l'auraient déjà fait depuis longtemps.
    Te faire du mal c'est devenu pour eux un amusement, tu es leur jouet, leur défouloir, lorsque tu ne seras plus là ils s'amuseront entre -eux et là crois moi que ça va créer des tensions autres.
    C'est mon avis, il vaut ce qu'il vaut mais au moins c'est déjà 95 % de douleurs de tête en moins et une remontée progressive dans l'estime de soi tout comme dans la confiance.
    Bon courage à toi et saches qu'il faut savoir trancher car avec ce genre comportement de famille c'est impossible de trouver un compromis qui ne soit pas destructeur et recurent.
    Tu n'es pas la première à le faire et tu le fais pour ton bien et celui de ta future vraie famille 😉
    Patrice

  26. Bonjour Jo,

    Ce billet date de 2ans et j espère de tout coeur que tu as coupé avec ta famille.
    Que tu puisses te poser la question , malgré la façon dont ils te traitent, montre à quel point tu as été formatée a être maltraitée.
    Quand tu les auras quittés, il te faudra faire un travail sur toi. Et plus tu tardes, plus ce travail sera difficile. Parce que pourront s ajouter des problèmes professionnels, sentimentaux, de santé…sans que tu ne fasses le lien avec ta famille, puisque c est toi-même qui te traiteras mal.
    Comment penses-tu qu une jeune femme élevée dans une famille saine réagirait si ses frères se mettaient d un coup à la frapper, à l insulter, le père à la menacer?
    Mais toi, tu y es habituée et puisqu aujourd'hui, tu es une adulte (très jeune adulte :)), c est que déjà tu te traites mal en acceptant cela.
    Je te souhaite une très belle vie comme tu la mérites.

  27. En lisant ton histoire et vos commentaires, je me dis déjà que je ne suis pas toute seule dans cette situation absurde et inhumaine, et puis je suis réconfortée de savoir que de faire le premier pas c'est difficile (ce que je viens de faire) mais que bientôt ça ira mieux…

  28. Salut j esoere que tu va mieux , finalement je ne suis pas le seul qui s est fai détruire par sa famille :/
    Ma" fmille" ma fai autant de mal que ce que ta recu et meme pire !
    Bref aujourd'hui j ai fini par me sauver pour aller vivre tel un loup solitaire dans une ville ou je ne connais personne,jai laissé un super job et plein de sacrifice pour pouvoir respirer maintenant je vai un peu mieu mais j ai fai l erreur de ne pas coper totalement les pont a cause de mon pti frere qui me manquer du coup je continu a me faire du mal en partant encore avec eux ! Je vais essayer de me reconstruire
    Et si tu es une fille bien et si le mec c quelqu'un de bien il sera ravi de se marier avec toi surtout si tu lui raconte ceque ta subit , prend soin de toi et ne fréquente pas les gens mauvais si tu ne ve pas souffrir encore et encore !
    Dis nous si tu va bien

    ………..Ali

  29. moi aussi j'ai vécu la même histoire . violence verbale comme physique. aujourd'hui j'ai 34 ans et j'ai un petit boulot qui m'a permis de quitter le cocon familiale. j'ai rencontré d'autres personnes qui m'aime pour ce que je suis. je suis plus libre et n'ai plus impliquer dans les problème familiaux. quitter le domicile famille est la meilleur chose que j'ai jamais faite. je suis heureuse et je mène comme ma vie comme je l'entend.

  30. Bonjour ! J’espère que tout va bien pour toi. Je ne veux compter toute l’histoire que je vis présentement avec ma famille mais depuis 1 an , je réfléchis…..et j’ai décidé de couper les ponts. Il reste 2 rencontres de familles (fêtes) et ensuite c’est terminé. Et je me sens bien avec cette décision. J’ai longuement réfléchi. La vie est courte, on a qu’une vie à vivre, j’ai déjà vécu une grande partie avec eux mais l’a, le reste de ma vie se fera sans eux. Sans colère, sans rancœur. Juste la paix.

  31. Bonjour,
    Quand j’ai lu cet article je me suis en partie reconnue. J’ai quitté le domicile familiale il y a 11 ans, 4 eme enfant d’une aussi grande fratrie que la vôtre .
    Ma jeunesse a été tâché de violence, d’insulte. Entre les n**** ta mère, sale pute, sale pou…et j’en passe. J’étais très douée à l’école, je ne fumais ni me droguais. J’étais considéré par mon père (alcoolique) de folle, qui finira en hôpital psychiatrique. J’ai finis par croire a tout ce qu’on voyait en moi. Lorsqu’à mes 18 ans j’ai coupé les ponts, je me suis perdue dans la drogue, l’alcool et faire n’importe quoi de mon corps pour oublier celui qui me violait (mon frère) pendant que mon père me croyait prostituée. C’est un fardeau qui a durée 5 années, plongée dans un enfer sans précédant- je goutais en parallèle a la première fois la liberté de sortir, d’avoir des copines, de mettre un débardeur…

    Depuis je me suis intéressé a hypnose, et au développement personnel qui mont vraiment aidé a men sortir et aussi l’amour de ma vie avec moi depuis 5 ans. Je suis par moment user de ces souvenirs, passer de famille nombreuse a être seule. Je cherche a m’accrocher au souvenir positif qui se font rare, et où ma mémoire flanche.

    Mon père est décédée lan dernier, j’ai appris ça suite a un coup de téléphone anonyme me sciant les bras. Depuis un mal être profond m’envahit, je suis entre vouloir faire la paix et flipper qu’ils me rejettent encore. Je ne leurs ressemble plus en rien et leurs religion me fait vomir, ce qui me bloque le plus est de parler de ce viol… J’ai pas envie que ma mère souffre davantage mais ca me pèse lourd.

    Je suis désolé de ce long blabla, j’avais besoin de vider mon sac et peut être être comprise.
    Merci a tous de m’avoir lu.

Mes recommandations
Défiler vers le haut